Quand la Déontologie policière du Québec manque de déontologie

giphy (8).gif

Finobuzz – Mafia City: quand la Déontologie policière du Québec manque gravement de déontologie

Vous avez déjà entendu parler du Québec ?! Vous savez cette province qui se dit respectueuse des droits de l’Homme. Et bien, dans les faits, le Québec est gangrené par la corruption, et ce phénomène va jusqu’à toucher la Déontologie policière du Québec.

Il n’y a que deux puissances au monde, le sabre et l’esprit: à  la longue, le sabre est toujours vaincu par l’esprit » – Napoléon Bonaparte

déonto.png

Normalement, le rôle de la Déontologie policière du Québec est de servir le public et de défendre les citoyens. Mais prenez garde, ce n’est que ce qui est écrit sur le papier.

Vous constaterez dès à présent que la Déontologie policière du Québec fête ses 25 ans « au service du citoyen. » Il ne faut donc pas attendre grand chose d’un établissement aussi « inexpérimenté »…

Je vais vous parler d’un cas réel, d’un cas que j’ai vécu (vis actuellement).

J’ai déposé une première plainte en déontologie car un policier qui m’a arrêté a commis plusieurs refus de s’identifier.

[au cas où vous ne le sauriez pas, un policier a l’obligation de vous donner son nom et son matricule si vous le lui demandez. À défaut, normalement, il y a vice de procédure…]

Cette plainte a été classée sans suite car, pour Mme Hélène Tremblay, avocate représentant la Déontologie policière du Qc, un policier n’a pas l’obligation de s’identifier…

Bon, la Déontologie policière venait de me donner ma première preuve de son manque de déontologie, car UN POLICIER A L’OBLIGATION DE S’IDENTIFIER LORSQU’UN CITOYEN LE LUI DEMANDE.

Face à ce premier refus, j’ai déposé une deuxième plainte, celle-là pour refus d’enregistrer une plainte, ce qui est extrêmement grave car c’est la fonction première d’un policier d’enregistrer une plainte.

Là encore, la Déontologie policière a couvert le policier incriminé, M. Maxime Dessureault, matricule 7247, soit disant qu’il m’aurait donné le « temps à la réflexion. »

Dans les mots de Mme Hélène Tremblay:

 » il appert que le plaignant aurait voulu réfléchir avant de déposer une plainte et c’est la raison pour laquelle celle-ci n’aurait pas été prise.  »

Laissez-moi vous poser la question:

Quand vous venez de vous faire frapper par plusieurs personnes et que vous avez la face en sang, est-ce que vous demandez un délai de réflexion pour savoir si vous portez plainte ?!

Moi personnellement, dans une telle circonstance, je n’ai pas besoin de réfléchir. JE VOULAIS PORTER PLAINTE et j’ai demandé à déposer plainte.

Le policier a simplement refusé d’enregistrer ma plainte (pourquoi, je n’en sais rien… un commencement serait peut être mon accent de Français et que c’était le jour de la Fête du Québec. Au Saint Nationalisme quand tu nous tiens… ).

Le policier que j’incrimine, M.Maxime Dessureault, fier représentant du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), a de plus commis une multitude de violations à son Code de déontologie. Dans l’ordre chronologique:

  • oubli de lire les droits,
  • usage abusif de la force,
  • abus de pouvoir et manque de respect (il m’a foutu de la musique Techno au volume maximum dans les oreilles pendant tout le trajet dans la voiture de police, des vraies méthodes de torture utilisées par la CIA… Bienvenue à Guantanamo !!!)
  • refus de s’identifier
  • bafouement du droit à l’avocat
  • violation des libertés fondamentales
  • inculpation sans fondements
  • discrimination et / ou racisme

Mais là encore, devant une telle avalanche de reproches faites à M.Maxime Dessureault, petit flic de bas étage du SPVM, la Déontologie policière le couvre !!!

Avec de telles infractions à son code de déontologie, j’ai demandé l’ouverture d’un procès pour violation de mon droit à mon avocat et de mes libertés fondamentales à la Déontologie policière.

La première réponse que j’ai reçu provenait de Mme Hélène Tremblay, avocate, commissaire adjointe à la Déontologie policière du Qc.

Celle-ci m’a envoyé une réponse de 3 pages, réfutant une après une les accusations que je portais (soit oubli de lire les droits, usage abusif de la force, etc.)

Mais bizarrement, en 3 pages, cette réponse ne fait aucunement mention à la violation de mon droit à mon avocat et de mes libertés fondamentales (ni du racisme)… Bizarre ?! Non pas vraiment.

En fait, le policier que j’accuse a écrit noir sur blanc dans le rapport d’arrestation que  je n’étais « pas  en mesure de parler à un avocat. » (alors que ce c** a répondu 2 pages plus tôt à la question obligatoire du rapport: « Est-ce que la personne détenue veut parler à un avocat ? OUI « )

C’est incroyable de stupidité venant de la part d’un policer d’écrire ça.

Mais il semblerait que M. Maxime Dessureault du SPVM ne soit pas un vrai policier et ne connait pas la loi….

Vous avez des droits et des libertés fondamentales, mais si vous croisez M. Dessureault, attention, là vous n’êtes plus humain. Vous devenez l’esclave du Tyran, et vous n’avez plus vos droits fondamentaux !!!

Mais, il ne fallait pas s’attendre à quelque chose de plus venant de la part d’un agent qui refuse de s’identifier devant un citoyen….

Bon alors vous en pensez quoi vous ?! Un policier peut par enchantement suspendre le droit à un avocat d’un citoyen ?!

Bien entendu, NON, un policier a l’obligation de donner son droit à l’avocat à un citoyen et ce dans les plus brefs délais !!!!

C’est ce que dit la loi en se fondant sur les principes de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen retranscrite dans la Charte canadienne des droits de la personne…

Alors qu’est ce que j’ai fait ?!

Et bien j’ai demandé une réouverture du dossier auprès de M. Paul Larochelle, avocat, Commissaire à la déontologie policière du Qc, car un policier qui viole les droits de l’Homme et est suffisamment con pour l’écrire noir sur blanc dans son rapport d’arrestation ne mérite clairement pas son badge et de se balader avec un flingue à la ceinture.

C’EST UN VÉRITABLE DANGER PUBLIC !!! IL DOIT ÊTRE RELEVÉ DE SES FONCTIONS !!!!

Et pourtant, bis repetita placent, la Déonto continue à couvrir ce nain.

En effet, M. Paul Larochelle, avocat, commissaire à la déontologie policière a osé clôturer mon dossier malgré de telles preuves dedans.

On ne peut que difficilement réfuter ce qui est écrit noir sur blanc dans un rapport d’arrestation à savoir que mon « état justifie que je n’ai pas eu le droit à mon avocat ».

Alors qu’a fait M. Paul Larochelle, avocat, commissaire à la déontologie policière du Québec ?!

Et bien, malgré son titre d’avocat et son statut de « magistrat » , M. Paul Larochelle n’a pas hésité à déshonorer sa profession en faisant preuve d’une mauvaise foi manifeste et en démontrant une méconnaissance caractérisée du Droit.

Voici ce que m’a écrit M. Paul Larochelle, avocat, commissaire à la déontologie policière du Qc pour clôturer mon dossier :

« De plus, il est spécifié, dans les documents opérationnels, que le droit à l’avocat a été suspendu parce que vous étiez trop agressif et non coopératif, ce qui justifie cette suspension. »

[Je me demande dans quel état pourrait être M. Larochelle si on lui mettait de la musique à fond dans les oreilles pendant une vingtaine de minutes et qu’il essuierait par la suite plusieurs refus de s’identifier venant de la part d’un agent de police…]

J’en reviens pas de lire ça !!! Où sommes nous ?! Et c’est un avocat qui ose écrire ça, un avocat qui occupe la fonction de magistrat de surcroît !!!

C’EST UNE VÉRITABLE HONTE !!!! Et les agissements de M. Paul Larochelle sont constitutifs de corruption !!! Vous comprendrez donc que j’ai dénoncé ces agissements aux autorités compétentes !!!

Si j’écris cet article aujourd’hui, c’est pour que le public soit informé des agissements de la Déontologie policière du Qc qui manque gravement de déontologie envers les citoyens.

Pour le moment, Mme Hélène Tremblay et M. Paul Larochelle ne font que creuser leur tombe en refusant de me donner accès à la justice pour des motifs qui sont tout sauf légaux !!!

Quant à M. Maxime Dessureault, policier qui confirme par écrit qu’il méprise et bafoue les droits de l’Homme, le rôle de la Déontologie policière est normalement  de condamner et de destituer cet agent qui déshonore sa nation.

 

Finobuzz vous recommande aussi:

Direction de l’Entrepreneuriat: Montréal se suicide

Montréal: l’enfer des immigrants diplômés en Finance  

La lente agonie de la presse financière québécoise

Et bien plus encore sur Finobuzz.com, Le Site de la Nouvelle Génération d’Entrepreneurs et de Financiers !!

Suivez nous sur Facebook ou sur Twittter @Finobuzz

Parlez de Finobuzz autour de vous et contribuez à créer la nouvelle génération de financiers et d’entrepreneurs!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s