Grève du SÉTUE: l’UQAM contre-attaque par la voie juridique

stock-photo-protest-203254915

Finobuzz – Grève du SÉTUE: l’UQAM obtient une ordonnance d’injonction provisoire de 10 jours

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) contre-attaque par la voie juridique face à la grève de ses étudiants-employés déclenchée lundi d’une durée illimitée qui paralyse le déroulement habituel des cours. L’UQAM a obtenu mardi soir une ordonnance d’injonction provisoire de dix jours. 

Le Syndicat contrevient aux dispositions du Code du travail et à celles prévues par les règlements de l’UQAM » – communiqué d’information de l’UQAM

20151208_122117

Crédit photo: Finobuzz

Depuis l’obtention d’un mandat de grève illimitée par le Syndicat des employé-e-s étudiants de l’UQAM (SÉTUE), l’Université a demandé à plusieurs reprises au Syndicat de s’assurer que les piquets de grève n’entravaient pas l’accès à ses pavillons, lit-on dans un communiqué d’information de l’UQAM.

« En effet, bien que le piquetage soit permis, celui-ci ne doit pas avoir lieu sur les terrains de l’UQAM et ne doit pas non plus avoir pour effet de bloquer les accès de l’UQAM. »

Consultez: SÉtuE: Fin de session mouvementée à l’UQAM

À la lumière des deux premières journées de grève du SÉTUE, hier et aujourd’hui, force est de constater que le Syndicat n’a pas respecté ses obligations, dit le communiqué de l’UQAM envoyé aux étudiants de l’Université dont Finobuzz a obtenu copie.

stock-vector-clenched-fist-hand-revolution-concept-114034327« En bloquant ou en entravant l’entrée de plusieurs pavillons depuis le déclenchement de la grève le 7 décembre, les salariés grévistes privent des étudiantes et des étudiants, et plusieurs autres membres de la communauté universitaire, de l’accès à leur lieu d’études ou de travail. Ce faisant, le Syndicat contrevient aux dispositions du Code du travail et à celles prévues par les règlements de l’UQAM pour permettre aux étudiants et au personnel d’avoir accès à l’Université librement et en toute sécurité. »

Devant cette situation, l’Université a pris la décision d’entreprendre des procédures visant l’émission d’une ordonnance d’injonction provisoire, dit le communiqué.

Cette décision vise principalement à :

  • assurer le libre accès des étudiantes et étudiants, des employés et des locataires à l’Université;
  • procurer aux étudiantes et étudiants des conditions d’apprentissage qui respectent leur santé, leur sécurité et leur intégrité;
  • assurer à l’ensemble du personnel un milieu de travail exempt d’intimidation et assurer la santé, la sécurité et l’intégrité de celui-ci;
  • maintenir le bon ordre sur le campus et procurer un environnement sain et sécuritaire à la communauté universitaire.

Bien que Finobuzz ne cautionne pas le blocage des accès à l’UQAM, nous tenons à souligner qu’en matière d’intimidation, nous avons toutefois l’impression d’avoir affaire à un « hôpital qui se fout de la charité. »

Consultez: L’ESG-UQÀM ou le règne de l’hypocrisie

Suite à la demande de l’UQAM, la Cour supérieure du Québec a donc accordé hier soir mardi une ordonnance d’injonction provisoire pour une durée de 10 jours.

Cette ordonnance exige principalement du SÉTUE, de ses membres et de toute autre personne ayant connaissance de l’ordonnance d’injonction, de cesser immédiatement et de s’abstenir :

  • 20151208_125509

    Crédit photo: Finobuzz

    d’avoir simultanément plus de 3 piqueteurs ou manifestants à moins de 5 mètres de l’une ou l’autre des portes d’accès des pavillons de l’UQAM (incluant les portes d’accès aux stationnements et celles donnant sur les stations de métro Berri-UQAM et Place-des-Arts);

  • d’empêcher par quelque moyen que ce soit, incluant une ligne de piquetage, un blocus, une chaîne humaine, une banderole ou d’autres obstructions, toute personne d’avoir accès aux pavillons de l’Université et de pouvoir y circuler et en sortir librement;
  • d’intimider, menacer, bousculer ou harceler toute personne accédant ou quittant l’un ou l’autre des pavillons de l’UQAM;
  • de bloquer, entraver ou retarder de quelque manière que ce soit, l’accès, la sortie ou la libre circulation dans les pavillons de l’UQAM;
  • de faire du piquetage à l’intérieur de l’un ou l’autre des pavillons de l’Université;
  • d’ordonner, d’inviter, de suggérer, d’encourager, de conseiller, de recommander ou d’inciter quiconque, directement ou non, à commettre les actes mentionnés ci-dessus.

L’ordonnance provisoire est en vigueur jusqu’au 18 décembre 2015 à 23 h 59, selon le communiqué de l’UQAM.

Finobuzz vous recommande aussi:

La Banque du Canada lance le « Défi du Gouverneur », un nouveau concours étudiant

« Entreprendre, c’est changer les règles » – Ryad Boulanouar, fondateur de Compte-Nickel [Vidéo]

 Lecture: Le peuple d’en bas de Jack London

Visitez notre Espace Étudiants

Et bien plus encore sur Finobuzz.com, Le Site de la Nouvelle Génération d’Entrepreneurs et de Financiers !!

Suivez nous sur Facebook ou sur Twittter @Finobuzz

Parlez de Finobuzz autour de vous et contribuez à créer la nouvelle génération de financiers et d’entrepreneurs!!

Publicités

Une réponse à “Grève du SÉTUE: l’UQAM contre-attaque par la voie juridique

  1. Pingback: Le CEU Entrepreneuriat@UQAR reçoit l’aide du gouvernement | Finobuzz·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s