Innover ou imiter, telle est la question

stock-photo-a-silhouette-of-a-native-american-on-a-horse-made-from-metal-with-eight-rays-emanating-out-from-the-140170234

Finobuzz – Innover ou imiter, telle est la question 

Depuis la percée des firmes de la Silicon Valley dans les années 1990, l’innovation est sur toutes les lèvres.

Une course à l’innovation est désormais lancée, avec l’idée sous-jacente qu’une innovation apporte avec elle un avantage au premier entrant sur le marché….

L’innovation est souvent portée aux nues car elle permet d’être le premier à entrer sur un nouveau marché, écrit Jérôme Barthélemy, Professeur de stratégie et management à l’ESSEC, dans un récent article de la Harvard Business Review.

« Il est courant de penser qu’il existe un lien entre l’ordre d’entrée sur le marché et la performance », constatait le même auteur lorsqu’il n’était encore que doctorant de HEC Paris, en 1998, dans un papier intitulé La problématique de l’avantage pionnier.

Néanmoins, cet avantage, qui est généralement associé à la découverte d’une innovation, se révèle plutôt être un placebo, disent plusieurs chercheurs, à l’instar de l’économiste américain et professeur à la Harvard Business School, Theodore Levitt, qui écrivait:

stock-vector--illustration-of-the-skull-in-chalk-and-the-inscription-to-be-or-not-to-be-calligraphy-264323519«The trouble with being a pioneer is that the pioneers get killed by the Indians», Levitt, 1965, p. 82

Même si on vante souvent l’innovation, il peut être plus judicieux de combiner imitation et innovation, dit Jérôme Barthélemy. « On parle alors “d’imovation” ».

L’imitation présente de nombreux avantages, soutient le professeur de l’ESSEC.

« Elle coûte moins cher en R&D, puisque le produit existe déjà. Les dépenses de marketing sont également plus limitées, les consommateurs étant déjà familiers avec le produit. »

Quoiqu’en disent les dictons populaires tel que le « Innovate or Die » des aficionados de la Silicon Valley, « les entreprises à succès n’innovent pas forcément« , souligne Jérôme Barthélemy.

« Mais elles ne se contentent pas non plus de copier purement et simplement les produits de leurs concurrents. Le plus souvent, elles concilient imitation et innovation. Ce sont ce qu’on appelle des entreprises « imovatrices ». »

Pour en savoir plus: Faut-il innover ou imiter ses concurrents? de Jérôme Barthélemy

Consultez aussi: Sony dévoile son drone spatial, le titre s’embrase

Et bien plus encore sur Finobuzz.com, Le Site de la Nouvelle Génération d’Entrepreneurs et de Financiers !!

Suivez nous sur Facebook ou sur Twittter @Finobuzz

Parlez de Finobuzz autour de vous et contribuez à créer la nouvelle génération de financiers et d’entrepreneurs!!

Publicités

6 réponses à “Innover ou imiter, telle est la question

  1. Pingback: BlackRock achète une firme de robot-conseil américaine, FutureAdvisor | Finobuzz·

  2. Pingback: Bilan comparatif international et provincial de l’innovation du Conference Board du Canada | Finobuzz·

  3. Pingback: Nouvelle économie: 5 stratégies pour réussir à l’ère des Gafanomics | Finobuzz·

  4. Pingback: Les trois attitudes face au changement de l’entreprise | Finobuzz·

  5. Pingback: The Misfit Economy: 5 leçons d’innovation données par les pirates | Finobuzz·

  6. Pingback: Google, Amazon et Facebook sont plus dangereuses pour les banques que les Fintech | Finobuzz·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s